Face au danger du protoxyde d'azote, le maire prend un arrêté d'interdiction à la vente aux mineurs

Euphorie et rires irrépressibles : la consommation détournée du protoxyde d’azote ou gaz hilarant, sous forme de capsules pour siphon à chantilly, se répand. En vente libre, bon marché, actif immédiatement après la prise, le protoxyde d'azote est la nouvelle "drogue" à la mode.

Si le Nord prend le problème très au sérieux, c’est que l’usage du gaz hilarant y a fait des victimes: onze personnes déjà identifiées ayant déclaré des troubles neurologiques dans les Hauts-de-France. Mi-décembre, l’agence régionale de Santé a relevé "trois nouveaux cas, deux femmes âgées de 19 et 29 ans et un homme de 18 ans présentent des complications liées à la consommation de protoxyde d’azote" pour le seul département du Nord.

La consommation prolongée de ce gaz peut entrainer des risques pour la santé : troubles du rythme cardiaque, risque de brûlures par le froid, manque d'oxygène pouvant entraîner la mort, risque e perte de connaissance, maux de tête, vertiges,… De plus les effets désinhiibants de ce gaz sont à l'origine de comportements de nature à troubler l'ordre et la tranquilité publique.

A l'instar de nombreux maire de la région, le maire de Petite-Forêt a pris un arrêté pour interdire la vente des capsules de protoxyde d’azote aux mineurs.Tous les commerces de la ville qui délivrent ce genre de produit devront exiger du client qu'il établisse la preuve de sa majorité en présentant une pièce d'identité.

Télécharger l'arrêté du maire n° 19/31F portant interdictions liée au protoxyde d'azote